L’arianisme est la religion des gens capables d’une pensée indépendante et critique :

c’est la religion de la minorité créative et noble.

Et quest-ce que le paganisme ? Regardez - c’est ce qu’il y a autour de vous.

Apôtres dans la basilique du Christ Sauveur

construite par le roi arien des Goths Téodoric (Italie du Nord, Ravennes, en 504).

Les saints ariens sont toujours représentés avec des livres

– symboles des connaissances.

 

Religion, c’est-à-dire yoga

L’arianisme, c’est la vision du monde et la pratique du renouveau du lien entre le divin et l’humain. Un tel renouveau est dénommé «re-ligion» (re – recommencement, renouveau ; ligo, ligare en latin – lier, unir). A l’ancien terme ukrainien «лига» («lyha», lien) correspond le mot sanscrit «yoga», union. C’est pourquoi l’arianisme est la religion dans le sens premier, véritable du terme.      

Le mot «Ariens» (sanscrit – «aryia» - «ар’я») signifie «nobles, «à hautes valeurs morales», «solaires», «lumineux». Respectivement, l’arianisme аріанство», «арійство») est la vision du monde et le mode de vie des gens nobles, les Ariens (pour approfondir : Аріанство – релігія знань).

Principales caractéristiques de l’arianisme

  1. L’arianisme est la religion des connaissances («відання» - vue, devin - ndt)

L’école arienne la plus renommée se trouvait à Antioche :

« La particularité caractéristique de la pensée théologique et philosophique des représentants de l’école  d’Antioche étaient le réalisme et le rationalisme, bien entendu dans le contexte théologique. L’aspiration des Antiochiens à la clarté, et leur haute estimation des capacités cognitives de l’homme les amenaient à effacer les frontières entre religion et science, entre foi et connaissances : ils identifiaient le sentiment religieux avec l’intelligence. Dans leur école s’est ouvert un large espace de liberté pour l’intelligence. Dans le domaine de la vision religieuse du monde et des dogmes de l’Eglise, les Antiochiens, au moyen de l’intelligence, aspiraient à atteindre la même clarté qu’en apprenant à connaître le monde matériel» (Антиохійський аріянський центр).

  1. La religion : 5%

L’arianisme a pour caractéristiques une attitude critique envers n’importe quelle nouvelle information,  et la reconnaissance de sa véracité seulement après une exégèse minutieuse et globale, un test pratique et logique. C’est pourquoi l’arianisme est la religion des personnes douées d’une pensée indépendante, critique. En général, dans les communautés humaines, environ 5% de la population sont capables d’une pensée critique (cf. article «Звичайні зомбі», 2015 – conclusions organisationnelles pr leaders).

C’est pourquoi l’arianisme (ariachristianisme) est la religion de la minorité noble, créative. Historiquement, il se développait parmi l’élite arienne, conformément au commandement de l’Evangile « Dans quelque ville ou village que vous entriez, demandez quel homme y est honnête, et demeurez chez lui jusqu'à ce que vous partiez » (Matthieu 10.11).

«Il faut se rappeler que les sommets du pouvoir de l’Etat étaient souvent captivés par les idées chrétiennes, et se soumettaient à leur influence. La famille impériale des Flavii avait indubitablement, parmi ses membres, des chrétiens. Le fils de Marc Aurèle, Commode (180-192), était sous la forte influence de sa favorite Marcia. Sous Septime Sévère (193-211), la cour romaine foisonnait de chrétiens. Son fils Caracalla, dans son enfance, était entouré et influencé par les chrétiens, sa mère de lait était chrétienne. Alors que l’empereur Dioclétien lui-même était présenté comme le plus grand ennemi du christianisme de ceux qui avaient siégé sur le trône, son épouse Prisca et sa fille Valèria étaient chrétiennes.

Des exemples similaires montrent, de façon éloquente, que c’est justement dans les couches supérieures de la société que le christianisme trouvait souvent un soutien et un engagement clair. Contrairement à l’idée répandue selon laquelle le christianisme était prétendument la religion des masses populaires et était porté par un mouvement démocratique, une étude approfondie des données historiques inspire la foi inébranlable que la persécution des chrétiens s’est produite non sous la pression d'en haut, mais au contraire à cause de la haine pour le christianisme de la part des couches inférieures de la société, et que les persécutions commencèrent principalement en raison d’une exigence démonstrative de la foule » (Youri Nikolaev « A la recherche de la divinité » - K:... Sofia, 1995. - p.102) – cf. article « Міф про гоніння християн ».

  1. Le Faucon divin et le noble Cygne

La philosophie de l’arianisme s’appelle « monarchianisme dynamistique », « dynamisme ». Le sens du dynamisme repose sur les points suivants.

1. Toute personne possède non seulement un corps, une âme et un esprit, mais aussi un noyau divin, qui est une parcelle de Dieu le Créateur : «Jésus leur répondit : Ayez foi en Dieu! » (Marc 11.22), « J’ai dit : vous êtes des dieux » (Jean 10.34).

2. Dieu le Créateur possède la Sagesse (la Parole), qui se révèle à l'homme à mesure qu'il se développe. La parole, surtout si elle est prononcée, a une force puissante (dunamis) : « Par la Parole, Il chassa les esprits et guérit tous les malades » (Matthieu 8.16). « Je vous le dis en vérité : lorsque vous aurez la foi comme un grain de sénevé, et que vous direz à cette montagne ‘ Déplace-toi d'ici jusque-là ‘, alors elle se déplacera, et rien ne vous sera impossible » (Matthieu 17.20).

3. Le développement humain s’atteint avant tout par des efforts individuels, des exploits spirituels : « Le Royaume de Dieu se gagne par la force, et ceux qui l’utilisent, s’en emparent » (Matthieu 11.12).

4. Plus le niveau du développement de l’homme est élevé, plus ses composants divin et terrestre deviennent amis. A un certain niveau, leur amitié atteint une telle intensité (dynamique) que le corps se transforme (se transmute) qualitativement et acquiert les traits divins – l’homme devient le fils de Dieu (Dieu-homme, croix) : « Heureux, les artisans de paix, car ils deviendront les fils de Dieu » (Matthieu 5.9).

5. Jésus Christ est un homme accompli qui, grâce à son propre exploit spirituel a dépassé, par évolution, tous les autres, a atteint le but religieux – l’union du divin et du terrestre (« re-ligare » - renouveau du lien), est devenue le fils Divin (Christ), qui nous a montré, à tous, l’exemple à suivre – le but et la voie.

L’idée essentielle du dynamisme, et donc de l’arianisme dans son ensemble, est celle qu’entre le Créateur (divinité) et sa création (chair) existent des relations de sympathie, d'amitié et d'attraction mutuelle. Surmonter les obstacles entre le divin et le corporel mène à la transformation immédiate du corporel, à l’acquisition de qualités miraculeuses, divines et humaines nouvelles.

Cette idée de l'interaction divine et humaine est reproduite sur l’emblème de Volodymyr Vèlykyi (Volodymyr le Grand – ndt), spécialement élaboré pour la consécration de la Rous’ à l’arianisme en 987.

L'emblème représente le Faucon (Сокіл - Sokil) représentant le Saint-Esprit, qui descend, et le Cygne (Лебедь - Lebed’) représentant l’homme noble, qui s’élève. Ensemble, ils vivent un Jeu joyeux qui témoigne de leur amitié et du mouvement qui les rapproche. Le jeu favorise toujours le développement; ainsi, l’interaction ludique des êtres divin et humain conduit au développement des deux parties.

  1.  La vie en tant que Jeu divin

Selon l'arianisme, l’homme possède l’étincelle de Dieu (il est d'essence divine) qui est une partie du Créateur, et avec Dieu, il crée l'Univers. Avant son incarnation, la communauté des êtres divins que l’on nomme Dieu-Créateur, créait l’Univers de l’extérieur. Après leurs incarnations, ces êtres poursuivent leur création de l’intérieur. Chaque humain créait autrefois l’Univers de l’extérieur, mais peu le savent. Ceux qui sont conscients de leur nature divine, sont désignés par les termes de Fils de Dieu, Christ, Mamaï, Bouddha, divinité humaine. Atteindre la conscience divine est le dessein de la religion (yoga).

Dieu le Créateur, la personnalité collective des êtres divins, créait le monde pour son propre développement et sa joie. La meilleure façon de se développer se fait par le jeu.

Ainsi, une équipe de programmeurs (créateur collectif) crée des jeux vidéo, puis ces programmeurs deviennent à leur tour des joueurs dans leurs propres jeux, développant leur monde ludique interne. Ceci est un exemple de créativité de l’extérieur et de l’intérieur.

S’incarnant dans une forme humaine, l’essence divine reste un joueur, parce que le mot ukrainien «людина» (« LOUDYNa ») signifie littéralement « joueur » (latin - Homo LUDENs), le jeu étant l’état naturel de l’homme. Dans les temps anciens, on estimait que le jeu était le seul mode de vie possible de l’homme noble, qui agissait uniquement de son propre gré, et ne s’occupait que de ce qui l’intéressait. L’exemple même du jeu coutumier était la Запорізька Січ Zaporiz’ka Sitch » - Etat de la nation ukrainienne, XVI-XVIIIèmes s. - ndt).

Les principales variétés du jeu es la compétition et la coopération. Dans une interaction amicale entre le divin et l’humain, intervient la coopération.

Paganisme – croyances populaires

1. Langues, c’est-à-dire peuples

Dans l'Antiquité, on appelait «langues» (« язики » - « iazyky ») les peuples, parce que la langue est le principal moyen de l'identification ethnique. Par ailleurs, l'identification est la fonction primordiale de la langue. C’est une fonction probablement encore plus importante que celle de la communication : avant de communiquer, il faut définir son interlocuteur. L’identification précède donc la communication. Après identification, il peut s’avérer que la communication n’en vaut pas du tout la peine.

2. Religion 95%

Le paganisme, c’est l’ensemble des coutumes et croyances des «язики» (« iazyky »), c’est-à-dire des peuples. On appelait paganisme les coutumes et les croyances du peuple simple (communauté d’homo simplex – ndt). Contrairement à l’arianisme, qui est la religion de 5% de la population, le paganisme est la croyance des 95% restants. A quoi ressemble le paganisme? Regardez autour de vous : la vision du monde de la plupart des gens, c’est précisément le paganisme contemporain. L’attitude envers la vie et la mort, la confiance ou la défiance envers les politiciens, les traditions dans l'éducation des enfants, le système d'alimentation et de soin, les célébrations populaires et familiales, la mode, la dépendance de la télévision et de la médecine, la bénédiction, par l’Eglise, de la « паска » (« brioche » de Pâques) une fois par an, le suffrage universel, les chants et prières – sont les différents aspects du paganisme d'aujourd'hui.

Le paganisme est un mélange chaotique de sagesse populaire et de superstitions, d’habitudes utiles et nuisibles, de stéréotypes corrects et erronés. Il laisse peu de place au  créatif et au rationnel : le paganisme repose sur le respect des normes – « afin que tout soit comme chez les gens ». Ici, on respecte obstinément les habitudes établies, même si elles sont franchement absurdes et destructrices.

Interaction arianisme-paganisme

La qualité du paganisme dépend de celle de l’arianisme et de l’efficacité de son influence.  Si l'arianisme ne fonctionne pas, le paganisme est livré  à l’obscurantisme, à l’inculture, et à l'auto-destruction massifs. Si l'arianisme protège activement le paganisme, la qualité du paganisme se développe rapidement, car 95% des personnes s’adaptent instinctivement aux normes proposées, phénomène clairement montré dans le film « Les zombies ordinaires » (2015).

L’arianisme ne lutte pas contre le paganisme - il en prend soin et l’élève à son niveau. Ceci explique la propagation rapide de l’ariachristianisme dans le monde entier. Les Ariens ne rencontraient pas de résistance, parce qu’ils étudiaient d’emblée les traditions locales, et soutenaient tout ce qui était productif, traduisaient les textes sacrés dans les langues de tous les peuples, ouvraient des écoles, fondaient des communautés, introduisaient des formes organisationnelles avancées. L’arianisme se distingue radicalement en cela du judéochristianisme, qui, dès le début apportait l'unification, l'humiliation et la destruction des langues et des traditions locales.

Que faire?

Les coutumes populaires et les croyances vivent un déclin profond et généralisé. Le peuple s’est engagé dans l’auto-destruction, et chaque année sa population se réduit d’un demi-million. L’Etat post-soviétique montre ouvertement sa nature parasitaire, les politiciens trompent constamment le « lokhtorat » (expression argotique signifiant « électorat de gens simplets, d’’homo simplex’ » - ndt) qui répète chaque fois les mêmes erreurs, et porte au pouvoir ses bourreaux et parasites.

Mais la colère et la révolte, contre ce système désuet, ne sont pas accompagnées par la création d'un système nouveau, car les masses populaires en sont, par principe, incapables.

Seuls 5% de la population sont capables d’exercer cette fonction, et, pour les réunir, ils ont besoin d’une religion rationnelle, et d’une idéologie politique. Le paganisme actuel ne peut pas être le ciment unificateur de ces 5%, car la «classe créative » considère tous ces préjugés païens  humiliants pour son intelligence.

Les changements réels en Ukraine commenceront lorsque la « classe créative » s’unira, c’est-à-dire quand il y aura une idéologie politique cohésive.

Nous appelons cette idéologie « éconationalisme », et son noyau métaphysique et magique - l'arianisme. Une fois les principes de l’arianisme et de l’éconationalisme clairement formulés, l’idée nationale sera née. Dès que l’idée naîtra, apparaîtront immédiatement ses porteurs - les leaders nationaux. La classe créative - 5% de la population – s’unira autour de ces leaders, et les 95% restants les rejoindront. Ainsi naîtront la nouvelle nation ukrainienne et l'Etat ukrainien du nouveau cycle.

(traduction de l’ukrainien : Zirka Witochynska zirkaw@yahoo.fr )

Pour aller plus loin :

Civilisation post-industrielle : Etats-Unis d’Amérique et État Libre Ukrainien invitent au start-up « Mijmoria » (L’ « Entre-Mers »)

Société post-industrielle ou Quel Etat nous construisons

 

Наші інтереси: 

C'est en recherchant notre dénominateur commun que l'on atteint la compréhension mutuelle.

Гравець: 
Зірка Вітошинська
 
Форум Підтримати сайт Довідка