Важливість: 
5

Спецтема:

Civilisation post-industrielle : Etats-Unis d’Amérique et État Libre Ukrainien : nous invitons au start-up « Mijmoria » (L’ « Entre-Mers »)

Plus tȏt les Etats-Unis, la Pologne et la Lituanie appuieront le processus d’auto-organisation de la classe créative ukrainienne, et sa création d’un nouvel État, plus tȏt ils obtiendront un acteur puissant dans l’organisation d’une nouvelle Europe, et un allié pour contrecarrer le bloc eurasien.  

Un grand arbre pousse à partir d’une petite graine.

Le passage à une nouvelle civilisation commence par un projet social innovateur. De son développement dépend l’avenir, et pas seulement de l’Ukraine…

Qu’est-ce qu’une civilisation post-industrielle?

L’humanité est au seuil du passage de sa formation  industrielle à sa constitution post-industrielle. En un temps historiquement court, le nouveau système vaincra le vieux grâce à une efficacité significativement plus élevée.

Pour l’heure, nous voyons les germes isolés du « post-industriel » se développer, malgré une résistance farouche de l’« industriel ».

Enumérons brièvement les principales caractéristiques de la civilisation post-industrielle.

1.     Modification massive de la vision du monde, de la religion et du paradigme scientifique, passage à la pensée holistique et écologique, suppression des falsifications et assainissement de l'espace informationnel, restitution du vrai sens des mots, intolérance à la tromperie, au mensonge et aux manipulations,

2.     Nettoyage des processus parasitiques affectant l'Etat et la société, arrȇt de la production de biens et services inutiles ou nuisibles, réduction du rôle des intermédiaires commerciaux, informationnels, juridiques et autres, élimination des impuretés industrielles échues dans la nature,

3.     Expansion de la production robotique propre et bon marché, des mini-usines, des centrales électriques fonctionnant aux énergies renouvelables (soleil, vent, biocarburants), passage de la production de masse de produits standards à des commandes individuelles,

4.     Développement de colonies humaines écologiques et formation de communautés autonomes hautement technologiques – « agriculture néo-naturelle » (nous fabriquons nous-mȇmes tout ce dont nous avons besoin), imprimantes 3D, agriculture biologique, permaculture etc.,

5.     Réorientation de l'éducation fortement spécialisée vers l’universalisme souple, apprentissage massif tout au long de la vie,

6.     Développement des technologies de l'information, libre circulation des informations et des connaissances, ordonnancement du droit d'auteur, automatisation (notamment par le numérique) de l’administration courante, débureaucratisation totale,

7.     Création de nouveaux types d'organisation étatique et de systèmes financiers, fondation de républiques démocratiques, domination politique par la classe créative, élimination de l'oligarchie, passage à l'économie du don et de l’investissement mutuel massif.

Le principal résultat de toutes ces conversions, c’est la LIBERATION DE L’HOMME.

Naissance du papillon

On peut imaginer la naissance de cette nouvelle civilisation, comme la métamorphose naturelle d'une chenille en papillon : la chenille éclôt, mange des feuilles, prend du poids, grandit et s’épaissit, puis perd sa mobilité, durcit, et devient nymphe.

C’est l’image de la civilisation industrielle, qui, ossifiée, fait des efforts délirants pour contenir le développement social, scientifique et technologique.

La civilisation post-industrielle, c’est le papillon

Pour naître, elle casse une coquille racornie, rejette les vieux déchets, déploie des ailes lumineuses, et – belle et légère – s’envole dans le ciel.

Où commencera la Grande Transition ?

Les embryons de la nouvelle formation se trouvent en différents points de la planète, mais la Grande Transition systémique se fera là où sévissent les contradictions les plus fortes. Le plus grand « écart des potentiels » s’est constitué en Ukraine : d'une part - la plus forte concentration des ressources naturelles et des talents humains, de l’autre – le niveau le plus élevé de corruption et le plus faible niveau de vie en Europe.

L’Ukraine est objectivement le maillon le plus faible de notre civilisation industrielle, et là où on  tire trop sur la corde, elle se rompt. Ainsi, le territoire, où commencera le « reformatage » mondial, sera l’espace entourant l'Ukraine.

D'autre part, le lieu et l'heure de la Grande Transition se définit par les incitations géopolitiques et les menaces mondiales qui forcent les principaux acteurs à agir énergiquement et de manière cohérente et ciblée.  

Fatalité géopolitique

Moscou n’a pas accepté l'effondrement de l'URSS et réalise sa revanche sous la forme d’un bloc eurasien « Union européenne (UE)-Fédération de Russie (RF)-Chine » qui doit combiner, en un complexe entier, la technologie européenne, les ressources russes et la fabrication chinoise. Les pas réels vers la création de ce bloc est l’élargissement de la coopération avec l'UE et l’accès, pour la Chine, aux ressources russes.

Formation d’un bloc eurasiatique signifie création d’une puissance, plus forte que les Etats-Unis, comme l’en dissuadait, voilà 20 ans, Zbigniew Brzezinski :

« Pour improbable qu'il paraisse aujourd' hui, on ne peut pas non plus exclure un grand réalignement en Europe sous la forme d' un pacte germano-russe ou d' une entente franco-russe ...  Leur puissance cumulée (des deux Etats d’Eurasie les plus peuplés – ndt ZW) dépasse  de loin celle de l’Amérique », Zbigniew Brzezinski, «  Le grand échiquier », 1997, pp 85 et 59).

Cette possibilité se réalise déjà dans la pire variante pour les Etats-Unis, à savoir dans la formation de l'axe Paris-Berlin-Moscou-Pékin. Si elle est parachevée, c’est la fin des Etats-Unis en tant que chef de file mondial, et plus tard peut-être, en tant qu’Etat intègre.

Pour l'Ukraine, la Pologne, la Lituanie, le Bélarous et d'autres pays de l’axe Baltique-Mer Noire, la formation d’un bloc eurasiatique signifie une perte inévitable de leur souveraineté et leur partition de facto entre l'UE et la Russie. Par conséquent, les pays d'Europe orientale et les Etats-Unis sont des alliés géopolitiques.

La réelle opposition au bloc UE- Fédération de Russie (FR)-Chine est « Mijmoria » (l’Entre-Mers) – coopération de l’axe Baltique-Mer Noire. Cette nouvelle formation géopolitique séparera l'UE de la RF, et rendra donc impossible la formation du bloc eurasiatique.

Mijmoria (l'"Entre-Mers") - XXI

Les précédentes unions du Mijmoria (Rous’-Ukraine, République des Deux Nations) étaient constituées par les peuples d'Ukraine, Bélarous, Pologne, Lituanie. A l’ère moderne, à cette famille de peuples slaves, s’ajoutent, de façon inattendue, les Etats-Unis. L'apparition de l’acteur américain est particulièrement importante, puisque cet Etat dispose du potentiel innovateur le plus puissant au monde.

L’union Mijmoria se construit comme une civilisation post-industrielle. C’est pourquoi elle est intéressée à prendre aux États-Unis tout ce qu’ils ont de plus avancé et de plus sain – une condition obligatoire à la réussite du projet. La « poubelle » américaine ne l’intéresse pas.

Pour leur part, les États-Unis sont vitalement intéressés par la création d'une union efficace, il est donc dans leur intérêt de donner au Mijmoria tout ce qu’ils ont de plus productif – une condition préalable à la survie des Etats-Unis.

Ainsi, pour créer ce Mijmoria, une action conjointe de la part des pays d'Europe orientale et des Etats-Unis est nécessaire. De toute évidence, le rôle-clé revient à l'Ukraine en raison de sa position centrale, son potentiel scientifique, technologique et économique, ses traditions historiques et son peuple de défenseurs passionnés de leur liberté. Cependant, avec le système politique actuel, l’Ukraine n’est absolument pas en mesure de créer la civilisation post-industrielle Mijmoria.

Un Etat corrompu

Si en Ukraine apparaît un pouvoir lucide, alors les Etats-Unis accorderont à l’Ukraine, et au projet Mijmoria tout entier, une aide à grande échelle, exigeant en échange seulement une chose – défendre de manière plus résolue son indépendance et créer Mijmoria séparant l’UE de la RF.

Les Etat-Unis sont capables d’organiser pour l’Ukraine un nouveau «Prêt-Bail», comme pendant la seconde guerre mondiale, puisqu’il y va, à nouveau, de leurs intérȇts vitaux.

Mais il est vain d’en discuter avec le pouvoir en place, puisqu’il est impliqué, avec l’UE et la RF, dans le pillage de l’Ukraine. C’est pour cette raison que l’Ukraine n’a toujours pas reçu des Etats-Unis le statut d’allié principal hors OTAN. Aider l’Ukraine dans son état actuel est très difficile, la part du lion des injections d’argent étant détournées, et les renseignements secrets destinés à l’Ukraine - transitant vers Moscou. Ainsi, au lieu de soutenir le projet Mijmoria, les Etats-Unis sont obligés de s’occuper de la lutte contre la corruption en Ukraine, en fait, contre le système parasitique tout entier. Ce dernier travaille à son propre enrichissement et à son maintien en place : mȇme les efforts les plus énergiques des Etats-Unis de le forcer à travailler efficacement donnent des résultats misérables, et toute tentative de réforme provoque chez lui une opposition délirante. 

Dictature et république    

Le pouvoir se crée soit « de la base », soit « du sommet » – il n’est pas de troisième voie. Ainsi, la forme du gouvernement étatique se définit par celui qui construit les instances dirigeantes.

En dictature, ce sont les autorités directrices qui forment, à leur guise, les organes du pouvoir, de haut en bas. Pour maintenir leur domination, elles manipulent l'opinion publique, imitent les élections, empȇchent la société de se structurer et de s’armer, sèment en elle la discorde.

En république, ce sont les citoyens organisés qui sont les dépositaires  de la souveraineté, et la source du pouvoir. Ils coordonnent leurs actions et forment les pouvoirs publics des différents niveaux au travers d’élections, de bas en haut. La république se caractérise par une presse libre, la transparence du pouvoir, et son contrôle par les électeurs.

Structure sociale de l'Ukraine

La forme du gouvernement en Ukraine est une dictature oligarchique, qui s’appuie sur l’appareil bureaucratique post-soviétique et les couches populaires socialement dépendantes rémunérées par le budget de l’Etat.

A la dictature oligarchique s’oppose la «classe moyenne», bien qu'il soit plus correct de la nommer « classe créative » : ces personnes vivent par leur bon sens, aspirent à l’auto-expression et à l'autosuffisance. La classe créative ne se soumettra jamais à l’oligarcat, c’est pourquoi la classe dirigeante mène contre cette classe créative une guerre à mort.    

Le système oligarchique n’est nullement intéressé par les réformes, c’est pourquoi il les imite ou les sabote ouvertement, lâchant quelques menues concessions sous la pression des Etats-Unis. La classe créative, elle, est intéressée par les réformes de fond, mais n'est pas représentée politiquement. 

Appui de la classe créative

Parmi les intellectuels ukrainiens se renforce la conviction que le système parasitique existant est incapable de réformer quoi que ce soit. C’est pourquoi, plutôt qu’une lutte infructueuse contre la corruption, c’est une refonte complète du système qui est nécessaire, ainsi que la fondation d’un nouvel Etat. Ce doit être une république où les créatifs joueront un rôle de premier plan.

Plus vite les alliés apporteront leur soutien à l'auto-organisation de la classe créative ukrainienne, et à sa fondation du nouvel Etat, plus vite ils gagneront un acteur puissant pour s’opposer au bloc eurasiatique.

Dans la société ukrainienne il n’y a pas encore de consensus sur la conception et la technologie du « reformatage » de l’Etat. En revanche, des groupes isolés travaillent dans ce sens. Dans cette situation, il est judicieux de soutenir tous ceux qui font des recherches sérieuses et offrent des solutions productives. Cela permettra d'accélérer la formation d’un véritable creuset dans lequel naîtra cette force créatrice du nouvel Etat.

Start-up "Etat Libre Ukrainien" 

Le site «  l’Observateur populaire » propose sa propre voie pour fonder ce nouvel Etat. L’idée générale consiste à créer un réseau social spécialisé, dont les règles de travail mènent automatiquement à l’instauration d’une Assemblée constituante.

Le réseau se construit comme un prototype fonctionnel de l'Etat post-industriel ukrainien. Une légitimation supplémentaire de l’Assemblée devra se faire par la création d'un parti politique de masse de la classe créative, et par sa victoire aux élections à la Verkhowna Rada (Parlement). Ce projet innovateur s’appelle «État Libre Ukrainien» (Вільна Українська Держава).

La Présentation de ce projet figure dans l’article «Друзі, створімо в Україні таку державу, яка нам подобається!» («Amis, créons en Ukraine l’Etat qui nous plaît !»). En dehors du site AR25.ORG, la popularisation de composantes séparées du projet se déroule dans le Journal  « Газета по-українськи », à la télévision-internet « ТБ-7 », sur la chaîne télévisée « ICTV », à la radio, par le biais de nos produits vidéo, et sa promotion dans les réseaux sociaux.

Aujourd’hui, nous préparons un programme spécialisé pour le réseau social : un mode d’emploi technique succinct est déjà prêt. Prochaine étape - la formation d’une équipe de développement, et la recherche de ressources pour son financement.

Quelles que soient les circonstances, ce projet aboutira, la seule question en est le délai.

Si les alliés nous aident - tout peut être fait en une année.

(traduction de l’ukrainien : Zirka Witochynska)

Lire aussi : Société post-industrielle ou Quel Etat nous construisons

Наші інтереси: 

Il est temps de créer un régime étatique qui rende possible une vie heureuse!

Пора творити державний устрій, який дозволить щасливе життя!

Гравець: 
Зірка Вітошинська

Новини від RedTram - для збільшення прихильників НО

Loading...
 
Форум Підтримати сайт Довідка